Livres recommandés !

Voici une liste, qui sera amenée à évoluer, des livres que je recommande :

Chiens

  • Pour les débutants en éducation canine :
    • Les signaux d’apaisement : Les bases de la communication canine, Turid Rugaas
    • Apprivoiser son chien …en 10 min par jour, Elodie Martins et Françoise Claustres
    • A l’école des chiots :  Les bases d’une éducation positive réussie (en partenariat avec la SPA), Agnès Matthys

 

  • Pour stimuler son chien :
    • Rendre son chien heureux, Elodie Martins et Françoise Claustres
    • Stimuler l’intelligence de votre chien, Claire Arrowsmith
    • 101 tours de dressage: Pour stimuler votre chien, renforcer votre complicité et épater vos amis, Kyra Sundance et Chalcy
    • Comment apprendre de vieux tours à un nouveau chien, Dr Ian Dunbar
    • La Méthode Tellington TTouch, Linda Tellington-Jones

 

  • Pour approfondir ses connaissances canines :
    • pour agir en cas d’urgence : Savoir donner les premiers soins à son chien, Elodie Martins et Françoise Claustres
    • pour gérer plusieurs chiensFeeling Outnumbered? How to Manage and Enjoy Your Multi-dog Household, Karen B. London et Patricia B. McConnell (livre en anglais)
    • pour diminuer la réactivité canine : Fight! A practical guide to the treatment of dog-dog agression, Jean Donaldson (livre en anglais)
    • pour appréhender les sports de traction : Faites du sport avec votre chien, Francis Machecourt
    • pour muscler son chien :  Objectif cavaletti, Cynotopia
    • pour découvrir l’univers des chiens de recherche de cadavres : What the dog knows: Scent, Science, and the Amazing Ways Dogs Perceive the World, Cat Warren (livre en anglais)
    • pour découvrir l’évolution des chiens à nos côtés: Homo Canis: une histoire des chiens et de l’humanité, Laurent Testot

 

 

Chats

 

  • Pour être un parfait « humain de chat » : Comprendre votre chat, Sonia Paeleman
  • Pour stimuler son chat : Les meilleurs jeux pour votre CHAT, Gabriele Linke-Grün

 

chat livre.jpg

Difficultés d’éducation d’un chiot (chien-loup)

  • L’éducation d’un chiot pour une adolescence « tranquille »

Un chiot de n’importe quelle race est en général adorable et quasiment parfait jusqu’à ses 7/8 mois. Il va mordiller, apprendre la propreté, faire ses dents sur certains objets, etc ; mais ces problèmes sont considérés comme normaux. Les propriétaires ne tiennent alors pas compte des mises en garde et considèrent que leur chien restera aussi parfait en grandissant.

Les erreurs d’éducation vont apparaître à l’adolescence avec l’apparition du caractère et des hormones. Les mordillements de jeu qu’on a laissé passer sans les canaliser deviennent plus intenses, plus fréquents et blessent. Les destructions mal gérées deviennent une habitude pour décharger les tensions ou tuer l’ennui, et les dégâts sont plus importants. Le chien mal canalisé devient réactif en laisse et compliqué à sortir.

Malgré une idée reçue, la socialisation ne fait pas tout. Il faut surtout pouvoir capter l’attention du chien et la garder malgré les stimulations. La peur des étrangers peut virer en agressivité si elle est mal gérée. Par exemple, si le chien est forcé au contact ou si le maître bloque les mouvements de peur de son chien pour éviter les écarts brusques, ce qui tétanise le chien et fige les peurs.

Régulièrement, les chiens font de l’hyper-attachement et de l’anxiété de séparation. Les gens veulent une relation fusionnelle avec leur chiot mais à l’adolescence le chien n’accepte plus les séparations. Il les vit très mal car il a besoin de se sentir intégré dans un groupe. En tant qu’adolescent son statut social n’est plus le même qu’en tant que chiot, l’exclusion du groupe est lourde de conséquences dans son esprit.

Les chiots qui ne côtoient pas régulièrement d’adultes bien codés et équilibrés, vont avoir des difficultés à gérer leur excitation et vont manquer d’autocontrôles. Entre chiots, ils vont s’exciter mutuellement, mais ne vont pas apprendre à s’arrêter avant d’aller trop loin. Même s’ils sont isolés des autres chiots lorsqu’ils sont trop bruts, l’action humaine est moins efficace et amène surtout de la frustration.

rottweiler-869018_1280

Une cause principale d’échec est l’incapacité des propriétaires à faire le deuil de la relation avec leur chiot, quand celui-ci devient ado. Ils n’acceptent pas de perdre cette relation magique où tout était facile, et ne parviennent pas à construire une autre relation plus contraignante et qui nécessite des sacrifices. Inconsciemment, ils n’acceptent pas de perdre leurs « acquis », voudraient que le chien reste facile comme un chiot. Ça conduit parfois les gens au déni, ça brouille leur capacité à observer et à comprendre le comportement évoluant de leur chien. Ça les empêche de remettre en question leurs certitudes erronées, et d’identifier les problèmes, d’en prendre la mesure. Plutôt que de reconnaître et accepter qu’ils se sont faits des illusions, qu’ils ont fait des erreurs et de les corriger, ils vont trouver des justifications contestables et s’éloigner de la compréhension de leur chien. Ils vont manquer d’objectivité et passeront à côté des vrais problèmes et de leurs solutions. Ils vont gérer les conséquences plutôt que de résoudre les causes, ce qui est généralement de plus en plus inconfortable pour le chien et son propriétaire. C’est un cercle vicieux dans lequel tombent beaucoup de propriétaires de chiens de toute race, les propriétaires sous-estiment la gravité de certains comportements « inadaptés », et réagissent trop tardivement.

41358989_10218018461712148_5700903490063171584_n

 

  • Les particularités des chien-loups :

Chez le chien-loup, ces conséquences sont souvent plus pénibles, et les propriétaires vont souvent mettre encore plus de temps à réagir parce qu’ils seront bridés par leur fascination pour cette race, et surtout par le regard des autres. Les propriétaires vont supporter plus de désagréments avant de réagir parce que la fascination que suscite leur chien chez les autres va les griser, et les poussera à accepter toujours plus d’inconfort en échange. Jusqu’au jour où il y aura saturation.

Les particularités des chiens-loups sont essentiellement dues à leur aspect lupoïde et à l’effet que cela produit sur les personnes. Certains propriétaires aiment voir des comportements de « loup » chez leur chien, et vont donc renforcer des mauvais comportements sans s’en rendre compte, et sans vraiment comprendre ces comportements. Les chien-loups n’ont pas de comportements de loup, ils sont seulement un peu plus influencés par leurs instincts, ils n’ont pas besoin d’avoir un maître qui soit un « mâle alpha » !

Managarn

Il y a aussi le mythe qu’un chien-loup est craintif (comme un loup) ! Selon certains propriétaires, un chien-loup n’est pas adapté à une vie domestique au sein de la famille comme tout chien de compagnie ! Ainsi ces propriétaires, n’assument pas leurs échecs concernant la socialisation de leurs chien-loups. Selon eux, s’ils n’arrivent pas à socialiser leur chien c’est parce que c’est dans la race, il n’y a rien à faire. Donc pas de remise en question, pas d’évolution possible.  Attention, la réserve est à différencier de la crainte !

Ces erreurs du maître ne concernent pas que les chiens-loups, mais comme les chiens-loups ont du loup, elles sont exacerbées sur ces races. Pour certains propriétaires, c’est très valorisant d’avoir un chien-loup alpha/dominant. Ils se construisent tout un mythe autour de leur animal, mythe qu’ils ont beaucoup de mal à remettre en cause, et le regard des autres a parfois une très grande influence sur ces difficultés de remise en question. L’humain aime les mythes, les histoires extraordinaires qui fascinent quand on les raconte. Quand on a un chien-loup on rencontre souvent des gens qui projettent des mythes sur nos chiens : « c’est un mâle alpha ? », « il faut le dominer, lui montrer que c’est vous le chef », « il fait le loup à la pleine lune ? », etc. Le public veut une histoire extraordinaire à raconter, même si on casse ces mythes, les personnes vont quand même insister sur leur version, et ignorer nos propos. Ça peut pousser certains propriétaires de chiens-loups à donner satisfaction au public, ce qui peut être très gratifiant comme expérience. Pour les propriétaires adeptes de la théorie du mâle alpha ces rencontres avec un public avide de spectaculaire les confortent dans leur vision et agissent comme un auto-renforcement.

Article coécrit avec Elsa Resurgo.

28238627_10216379700544143_7964269393429001613_o

Harnais ou collier: lequel choisir?

IMG_20181005_111750On entend actuellement des informations contradictoires entre ceux qui ont toujours éduqués leurs chiens avec un collier, et qui considèrent qu’un harnais c’est uniquement pour tracter, et ceux qui pensent qu’un collier est un objet de torture et qui ne jurent que par les harnais ! Il y a des inconvénients et des avantages à chaque outil, et ce qui conviendra à votre chien et à vous ne correspondra peut-être pas pour d’autres. Dans cet article, je vais essayer de rester neutre et de vous permettre d’effectuer votre choix au mieux.

 

Colliers

Les colliers sont moins chers et offrent une plus grande liberté de mouvement lorsque le chien est détaché ou en marche au pied. Attention cependant, le cou des chiens étant assez similaire au notre, je vous laisse imaginer les douleurs et les dégâts lorsqu’un chien effectue toutes ses balades en tractant avec un collier, ou lorsqu’il se prend des à-coups régulièrement ! Je ne m’attarderai pas sur les colliers étrangleurs et sur les torcatus (ceux à pointes), leurs dommages ne sont plus à démontrer.img_20180816_150818.jpg

Un collier est obligatoire dans la majorité des clubs canins car beaucoup de disciplines se pratiquent avec ce seul outil. Il permet de maîtriser plus facilement son chien car il agit directement sur la direction de la tête, et la sensibilité du cou ne permet « normalement » pas à un chien de tracter aussi fort qu’avec un harnais.

 

  • Collier plat

Le collier plat est le collier basique qu’on voit la plupart du temps. La largeur du collier permet un certain confort: plus le collier est large, plus il est confortable pour le chien. Néanmoins le collier doit rester d’une largeur raisonnable permettant au chien de bouger sa tête.

Il existe en différents matériaux : cuir, nylon, tissu, biothane, etc. On en trouve à tous les prix selon la qualité des composants et la résistance du collier. Il dispose en général d’un mécanisme de réglage et d’une fermeture, ces composants sont souvent les composants fragiles du collier qui seront susceptibles de céder en cas de contrainte.45643529_1354032658064270_2077068196052992000_n.jpg

Par contre, un collier plat reste à la même dimension une fois mis au cou du chien. Ce qui signifie que s’il est réglé trop large, le chien peut en sortir, surtout si son cou est large par rapport à sa tête. S’il est réglé trop serré, il gène le chien en permanence. Si ce collier est laissé en permanence sur le chien, il peut écraser les poils.

  • Collier semi-étrangleur ou martingale

Il existe en métal, en nylon, en corde et en tissus. Ma préférence va à ceux en nylon et en tissus car ils ont une certaine largeur qui est plus confortable pour le chien.  L’avantage de celui en métal, c’est sa solidité lors de jeux entre chiens qui s’attrapent au niveau du cou. Attention par contre aux allergies, que certains chiens peuvent développer à cause des substances qu’il libère.

Ce collier permet en position « lâche » de ne pas serrer le cou et de garder de beaux poils. En position « serrée », lorsque l’on tend la laisse par exemple, il est ajusté au cou, mais il ne doit surtout pas étrangler,  et permet de maintenir le chien correctement. Je le conseille pour des chiens qui tirent au renard (vers l’arrière) lors de crises de panique, en complément d’un harnais trois points dont je vous parlerai ci-dessous.

FB_IMG_1540117379676

J’utilise les colliers rembourrés Manmat pour leur absence de réglage ce qui les rend plus solides, et leur confort.

 

Harnais

Les harnais étaient à l’origine conçus pour des activités spécifiques : traction, sauvetage en mer, portage, randonnée avec sacs de bât,  etc. Récemment avec l’arrivée de méthodes d’éducation canines plus respectueuses et à l’écoute du chien, l’utilisation de harnais s’est popularisée, mais avec énormément de harnais inadaptés à la pratique. Je vais présenter ci-dessous les harnais les plus communs, mais à vous d’observer si le harnais que votre chien porte est adapté !

IMG_20180719_124017

 

  • Harnais en H

Mon chouchou, le harnais de base qui s’est perfectionné avec l’attrait pour les harnais. Il permet une bonne liberté de mouvement à la plupart des chiens, il dégage bien les articulations, et selon les modèles il dispose de nombreux points de réglage. Tous les harnais dont je vais parler disposent de deux attaches : celle sur le dessus et celle devant pour éviter la traction. Celle sur le devant, devra être utilisée uniquement le temps de l’apprentissage de la marche en laisse pour limiter les problèmes articulaires futurs.

Je vais citer quelques modèles que je recommande :

Perfect fit : Chacun de mes chiens en a un ! Il se compose de trois pièces que l’on peut commander séparément pour s’ajuster au plus près de la morphologie de votre chien et il a un rembourrage polaire confortable pour le chien. Si l’on prend des sangles larges, il est très résistant. Ses nombreux clips permettent de le faire accepter plus facilement à un chien qui n’aime pas être manipulé, ou que l’on passe un harnais autour de sa tête. Il encaisse très bien les charges d’Akita Inu ou de chien-loup 😉 Ses défauts sont le manque de poignée, le polaire qui peut vite devenir inconfortable si sale, et l’attache du dos qui touche la colonne et peut gêner le chien.

Junih : Il dispose  de 4 clips pour être enfilable plus facilement pour un chien compliqué, et il a une poignée ! Par contre, il n’existe que 3 tailles ce qui peut être inadapté pour un chien fin et long, ou un chien trapu et court. La gamme de couleur est également asez limitée.

Balance Harness Buckle-Neck de chez Blue-9 Pet Products : Le point fort de ce harnais est le réglage possible de toutes les sangles! Un guide de réglage du harnais est disponible pour qu’il soit confortable et qu’il permette une liberté de mouvements totale. Il dispose de 3 clips ce qui est suffisant pour un chien qui n’aime pas passer sa tête dans le harnais pour l’enfiler. Selon mes restes de mécanique, le nombre de réglage possible doit diminuer la résistance. La largeur des sangles me fait craindre des irritations, surtout si c’est l’anneau du devant qui est utilisé. Il ne dispose pas de poignée.

IMG_20180817_083332

Ruffwear Front Range : Un des harnais de balade les plus recommandé du moment ! Il est confortable, facile à trouver, résistant, avec une poignée….  Il faut l’enfiler par la tête ce qui rebute de nombreux chiens. Le manque de réglage au niveau ventral et dorsal le rend inadapté pour certains chiens ayant par exemple un petit buste. L’attache est située entre les omoplates, ce qui peut être inconfortable pour certains chiens.

True Love Country : Il est équivalent au niveau forme et fonctionnalités au Ruffwear Front Range. Par contre il est moins rembourré, et moins cher.

True Love Forest :  Il a une  longue ligne de dos qui permet une attache sur le dos et pas entre les omoplates. Il a également une ouverture au niveau de l’encolure, ainsi qu’une poignée! Les chiens arrivent plus facilement à en sortir que pour les autres modèles de harnais en H.

True Love Moutain : Il a de fines sangles sur le dessus et bénéficie d’une poignée ! Il convient bien aux chiens ayant un buste fin 😉 Par contre pas de réglage possible au niveau du ventre et pas d’ouverture au niveau de l’encolure.

Comfort Walk Pro de Dog Copenhagen : Il est équivalent au niveau des fonctionnalités au Ruffwear Front Range, mais sa partie ventrale est plus fine, ce qui correspondra mieux aux chiens ayant un poitrail étroit.

Comfort Walk Air de Dog Copenhagen : Il a des sangles fines mais confortables et solides, une ouverture possible au niveau de l’encolure, et une attache pour une médaille. La sangle ventrale n’est malheureusement pas réglable et il n’a pas de poignée.

HARNAIS EN h.png

 

  • Harnais trois points :

Je recommande ce type de harnais pour un chien qui sort de tous les colliers ou harnais, mais doublé par un collier (plat ou semi-étrangleur) ajusté !En effet, certains chiens arrivent à en sortir donc il vaut mieux prévoir plusieurs sécurités. Je le recommande également pour les chiens craintifs, car il enveloppe le corps du chien ce qui contribue à le rassurer ( comme le fonctionnement du Thundershirt). Ces harnais s’adaptent à différentes morphologies grâce aux nombreux réglages possibles.

1528105844961Ruffwear Webmaster :  La poignée est idéalement située pour pouvoir supporter son chien de façon équilibrée et sans le blesser. Par contre il peut s’avérer compliqué à enfiler car le chien doit passer sa tête dedans et ensuite soulever une patte. Ces gestes ne sont pas évidents avec un chien très craintif, ou un chien alité.

J’utilise ce harnais depuis plus d’un an quasiment tous les jours, il commence à montrer des signes d’usure dues aux frottements contre le milieu extérieur, mais il résiste bien et m’a permis d’aider Isaac à se mouvoir lorsqu’il était en fin de vie.

oria-2.jpgWolters Harnais Professional No Escape : harnais en sangles nylons avec plusieurs attaches plastiques, il me semble moins résistant et moins confortable pour le chien. Mais il est également plus accessible en terme de prix 😉

 

  • Julius K9

39012667_285414172259732_7117446784468647936_nLe Julius K9 est LE harnais que l’on voit partout, qui donne une impression de solidité, de sécurité, pratique à enfiler, idéal pour tenir le chien grâce à sa poignée et personnalisable grâce aux patchs.  Malheureusement la plupart des chiens arrivent à en sortir facilement, pour éviter cela la marque propose un accessoire supplémentaire une « ceinture de renfort » qui relie le plastron et la sangle ventrale en passant entre les pattes avant. Mais cet accessoire rend le harnais moins rapide à enfiler.

Il était à l’origine conçu pour les chiens de travail, donc son objectif n’était pas forcément de laisser une liberté de mouvement parfaite pour les balades. Il est actuellement l’objet de nombreuses critiques l’accusant de limiter les mouvements des épaules, et donc d’abîmer les articulations. Certains ostéopathes canins le déconseillent car ils observent chez les chiens qui tractent/tirent avec, « de l’arthrose prématurée sur certaines vertèbres thoracique » ( Animanuel-thérapie : Bien-Être Animalier).39121301_10217658591755999_8127846379247632384_n.jpg

 

  • Animalin

Le harnais Animalin a été conçu par Catherine Collignon en tant que harnais anti traction. Lorsque le chien est attaché par la boucle de devant et qu’il exerce une traction, la sangle à l’avant se resserre par un effet martingale, et le chien est détourné. Cet effet martingale exerce une action sur les antérieurs, et agit sur les articulations qu’il peut abîmer. De plus, en entraînant le harnais vers l’avant, les sangles derrière les coudes s’avèrent irritantes pour le chien. C’est en partie pour tout  cela que je le conseille uniquement sur du chien adulte, le temps de l’apprentissage de la marche en laisse.naia animalin

De plus, lorsque la laisse est attachée à l’arrière du harnais, la sangle avant limite le mouvement des épaules de la même manière que le Julius K9, car ils sont tous deux des harnais de type norvégien. Quel que soit le lieu d’attache, ayant la même forme que le Julius K9, il est facile pour les chiens d’en sortir.

 

 

  • Easy-walk

Le harnais easy-walk est uniquement un harnais anti-traction qui fonctionne par effet martingale comme le harnais Animalin. Il dispose uniquement d’une attache devant, et a un prix plus abordable.

18010008_408761762833398_1029753854751453896_n.jpg

Quel matériel utilisez avec votre animal ? Pourquoi ?

Friandises naturelles et zéro déchet!

Bonjour,

Je souhaitais partager avec vous les différentes friandises/trucs à mâchonner que je donne à Isaac, que ça soit pour nettoyer son tartre, combler ses besoins masticatoires, l’occuper pendant mes absences ou encore le récompenser lorsqu’il agit correctement.

os.jpgTout d’abord, j’ai vidé mon stock d’os en peau de buffle que l’on trouve en vrac dans toutes les animaleries. Suite à la lecture d’articles tels que celui-ci, j’ai décidé de  passer au naturel, et de limiter au maximum le chimique!

  • Bois de cerf/daim: il est très facile de s’en procurer en animalerie, sur internet, et si vous avez de la chance en forêt. Avant de le donner à votre chien, vérifiez que le bois soit « au naturel » (sans vernis ni peinture), et qu’il n’y ait pas d’angle vif suite à la coupe. Il en existe de différentes tailles, et certains sont coupés en deux dans la longueur pour un accès plus facile à la moelle. A vous de choisir selon la taille de votre chien et la puissance de sa mâchoire! En six mois, mon chien-loup tchécoslovaque n’en a usé que 2 centimètres ^^
  • Corne de buffle: trouvable en animalerie ou sur internet. Tous les chiens de mon entourage adorent ça! En revanche, ça laisse des copeaux partout…
  • 1514056217556Oreilles de cochon, de lapin, d’agneau, de bœuf, de daim, etc séchées: trouvables en animalerie ou sur internet. Mon chien préfère celles ayant encore les poils, et n’est pas fan de celles de lapin « nues ».  On peut également leur donner les oreilles crues (surtout si le chien est au barf), trouvables chez le boucher.
  • Nerfs/cimiers de bœuf séchés: Souvent par bouts de 12cm de long, les chiens en raffolent. Je les donne congelés, pour rallonger de quelques minutes leur durée de vie!
  • Sabots de veau: mon boucher m’en donne, mais on peut également s’en procurer sur internet. Très tendres, c’est vite mastiqué (en tout cas avec un grand chien).
  • Panse de bœuf/d’agneau/verte séchée: très appétante! Attention, ça laisse une odeur assez horrible sur les doigts! La panse verte peut créer une diarrhée sur des chiens non habitués, à introduire doucement…
  • poussinFriandises crues: oreilles de porc, de lapin, de bœuf, etc. pied de porc, nerf/cimier de bœuf, poussins. Pour les chiens au barf, les poussins sont la récompense ultime!
  • Racine ou bout de bois: Il convient de faire attention aux morceaux et à l’essence de bois choisie. Il peut y avoir des échardes qui peuvent blesser gravement le chien au niveau de la bouche, ou du système digestif.
  • Autres friandises séchées telles que des tendons d’autruches, des pattes de poulets, des cœurs de poulets, des poumons d’agneau, du foie de bœuf, des poissons, etc.

 

L’idéal dans une optique zéro déchet est l’acquisition d’un déshydrateur (d’occasion idéalement), pour effectuer les friandises soi-même! Sinon on peut aussi déshydrater à l’aide d’un four, mais les résultats ne sont pas toujours concluants.

 

Attention aux os à moelle, régulièrement des chiens se retrouvent avec l’os coincé autour de la mâchoire inférieure. De plus, les os cuits ou crus non charnus sont très dangereux! Il est également recommandé de ne pas donner de la viande crue à un chien aux croquettes, ça risque de causer des problèmes intestinaux.

Désolé si certains liens de l’article comportent des emballages, c’est pour vous donner une idée du visuel… Je trouve la plupart des articles chez mon boucher ou en vrac en animalerie 😉

IMG_20171217_135434

 

Une alimentation saine et zéro déchet pour nos animaux!

Bonjour,

de nombreuses personnes m’ont demandé de parler de l’alimentation de nos animaux. En effet, les croquettes ou les granulés sont généralement emballés et de qualités très variées. Il semblerait que l’on puisse trouver dans certains pays des croquettes en vrac, mais quid de leur composition?

Dans cet article, j’ai préféré ne pas me focaliser sur l’emballage mais plutôt sur la qualité des aliments. De plus selon moi, un emballage en papier recyclé mais dont les composants toxiques migrent dans les aliments est plus néfaste qu’un emballage en plastique. Ceci est une question de point de vue, chacun est libre d’avoir le sien.

En effet, la démarche zéro déchet entraîne souvent une prise de conscience au niveau de l’alimentation industrielle. Nous faisons alors beaucoup plus attention à ce que nous ingérons qu’auparavant. Pourquoi cela doit-il en être autrement concernant nos animaux de compagnie?

J’ai choisi dans cet article de ne  pas vous conseiller directement un type d’alimentation à privilégier, mais plutôt de vous donner quelques pistes de réflexion 🙂

 

  1. Carnivores

Mes interrogations sur l’alimentation animale ont commencé avec le chien et le chat. Les deux sont considérés comme « sensibles » digestivement et doivent selon les vétérinaires être nourris exclusivement avec des croquettes « sensitives » qui coûtent un bras. Avec ce régime alimentaire, leurs problèmes digestifs ont ainsi fortement diminués mais étaient toujours présents.

J’ai lu le livre Toxic croquettes de Jutta Ziegler, qui est une vétérinaire autrichienne. Elle y explique la participation de l’industrie Pet Food dans la formation nutritionnelle des vétérinaires. Ainsi que l’origine des problèmes de santé récents (type obésité, diabète,etc) rencontrés par de nombreux animaux de nos jours.

Il existe des croquettes et pâtées de plus ou moins bonne qualités, mais dans tous les cas, il faudra choisir le « moins pire ». Pour vous aider dans ce choix, le groupe facebook « Croquettes : comment choisir? » est de très bons conseils avec des fichiers d’explications complets. Il vous aidera à analyser la composition des aliments et à trouver celui qui sera le plus adapté à votre animal.

Si vous souhaitez vous investir davantage et passer vos animaux (chiens, chats et furets) au BARF (Biologically Appropriate Raw Food), qui est un régime composé de viandes crues, d’os charnus, de poissons, d’abats, de fruits et de légumes selon l’espèce. Pour en savoir plus, les sites barf-asso et tribu-carnivore.com sont très bien faits et complets. Ce régime étant constitué de produits les plus naturels possibles, il est le plus adapté au zéro déchet. Toutefois il faut prendre en compte l’approvisionnement de la viande qui est souvent livré emballé et sous vide (selon les fournisseurs), et l’électricité consommée par le congélateur vu la quantité que l’on peut être amener à y stocker pour réduire les coûts.

 

      2. Rongeurs

De même, les rongeurs n’ont pas forcément besoin de granulés pour avoir une alimentation complète et équilibrée. Il ne faut pas hésiter à se renseigner sur les besoins propres à l’espèce, et à adapter au mieux selon ce qu’il est possible de se procurer aisément.

Pour un lapin, ces deux liens ci-dessous devraient vous aider à choisir au mieux:

margueritecie.com : granulés 

margueritecie.com : alimentation naturelle

 

 

IMG_20180309_132936.jpg

 

Tous mes animaux sont passés au BARF (chat et chiens), et la lapine est partie vivre en parc extérieur avec d’autres congénères! Ils n’ont jamais eu un si beau poil et un tel appétit devant la gamelle!

Et vous, comment nourrissez-vous vos animaux? Comment avez-vous choisi leurs alimentations?